yannickem
 

 





 
 
 


Vous aussi créez votre blog... Accueil

[Fan Fiction] Marine Impériale: L'escadron Pourpre - Chapitre 4

Chapitre quatre
Une équipe de soldats intégra l’une des salles insonorisées . Cette pièce était la salle de conférence de la Base Rebelle Aqua-1. Le public, dont la diversité semblait être le maître mot, attendait l’intervention de l’officier supérieur.
Le Commandeur Bilaw Gladow, un ithorien, s’approcha du pupitre central. De sa voix caverneuse, il ouvrit l’audience :
"Messieurs, vous avez décidé de nous rejoindre, j’en suis heureux… vous êtes venus de tous les systèmes de la galaxie… Vous êtes pilotes, négociants, ouvriers mais vous êtes avant tout des victimes… Victimes d’un Empire qui avilie ses citoyens, qui profite et détruit des planètes. Comme moi, comme la plupart des personnes présentes dans cette base, vous allez vous opposer à un géant… Quel avenir auront nous ? Serons-nous des héros ou des anonymes ? Nous ne le savons pas… Ne nous laissons pas faire, combattons et assénons des coups qui portent et qui font mal…"
Après ce discours d’ouverture, l’officier supérieur passa à un niveau plus confidentiel et moins emmené…
"La bienveillante Sénatrice Mon Mothma de Chandrila a pu rencontrer la délégation d’Alderaan… Depuis que la Sénatrice est recherchée par le Bureau de la Sécurité Impériale, les alderaaniens ont pu voir le vrai visage de l’Empire."
L’ithorien, avec sa tête de marteau, utilisa un holoprojecteur pour décrire l’organisation de la cellule.
"Notre structure est indépendante des autres pour éviter toute fuite… Donc, la latitude de nos missions sera purement locale, sauf cas exceptionnel… Cependant, nous restons liés à l’Alliance et à sa cause première : vaincre l’Empire… Tous bénéfices sera automatiquement renvoyé à l’effort de guerre."
Après presque une heure de discours, Gladow s’arrêta enfin…
Une femme brune leva la main.
"Je voudrai intervenir sur des constatations apportées dernièrement."
Le commandeur fit un signe de tête, approuvant la rebelle.
"Allez-y, Capitaine Pressur."
La jeune femme s’approcha du lutrin et y posa des feuillets de flimsiplast.
"Messieurs… Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis le Capitaine Delga Pressur… Hier, un agent infiltré nous a confirmé le passage dans le quadrant d’une livraison de Bacta en provenance de Thyferra…"
L’évocation de la matière médicale la plus en vue dans le traitement des blessures de guerre attira l’attention de certains endormis.
"Pour ceux qui sont venus en aveugles et qui ont enfin intégré cette cellule, je vais préciser notre position : Vous êtes dans le secteur de Heyer et plus précisément sur Nirauan."
Un nikto à l’épiderme marron leva la main, un semblant de sourire aux lèvres.
"M’dame… Je comprend mieux pourquoi ça tangue… on est dans une base aquatique… Pourquoi y’a pas plus de Mon Cal ou de Quarren ?"
"Merci de votre intervention, monsieur… Barvek… J’ai lu votre dossier…"
Les sourcils froncés de Delga montraient qu’elle essayait de se souvenir.
"Il n’était pas mentionné que vous étiez un marrant…"
Le soldat se tut dès la remarque incisive et l’officier reprit son briefing.
"Le but de la mission est de récupérer cette cargaison."

Ylonar Ful’amu avait atterri à l’ouest de Kessendra depuis moins de deux heures. Son aile-Y aurait pu être visible du ciel s’il n’avait pas eu la présence d’esprit de tout de suite installer un filet de camouflage.
Son droïde astromech trillait comme un dératé.
"Parlotte, qu’est-ce que tes senseurs indiquent ?"
L’écran du bloc de données relié au droïde se remplit d’informations. Le filet faisait son office, aidé par le vent cinglant du désert: trois TIE passèrent sans voir l’agent rebelle.
L’astromech lui révéla la proximité du pénitencier impérial. S’il loupait son coup, il pouvait soit mourir ici, soit finir à l’intérieur des murs de cette prison.

postée le 13-01-2009 20:10
0 commentaire(s)

 
[Fan Fiction] Marine Impériale: L'escadron Pourpre - Chapitre 3

Chapitre Trois
Le vaisseau du nouveau commandant était en pleine réparation dans les chantiers orbitaux de Fondor. Basé dans le secteur Lambda, ce même chantier avait participé à l’élaboration du destroyer impérial de classe Super.
Il faudrait un mois pour que le Foudroyant cicatrise enfin de ses plaies.
Aril avait espéré rejoindre la Cité Impériale pour voir sa jeune fiancée. Malheureusement pour le jeune couple, le militaire devait assister à des briefings de hautes importances.

Il avait rendez-vous dans une salle insonorisée pour prendre ses ordres de missions. Autant de sécurité frisait le ridicule : qui viendrait espionner dans un tel complexe ?
Aril arriva le premier dans la pièce. Une baie vitrée entourait la salle octogonale. Les lumières vives noyaient la table anthracite de multiples reflets.
Il put accueillir les officiers supérieurs venus pour la réunion.
L’un d’entre eux s’approcha de la paroi transparente. Ce n’était pas un militaire. Il s’agissait d’un ingénieur venu des fameux chantiers de Kuat.
Le technicien kuati regardait le destroyer arrivé depuis quelques jours.
“Après une semaine, nous avons pu faire le diagnostique complet de cette épave…”
Aril n’aimait pas que l’on traite son vaisseau d’épave.
“Voilà pourquoi nous avons créé le Destroyer de classe Impérial… pour surclasser ce dinosaure.”
Le jeune officier fulminait intérieurement tout en ayant un air respectueux et attentif…
“Bien que Rendili Propulsions Stellaire soit un groupe doté de gens compétents, ils n’ont pas évolué… nous avons balayé leurs dernières innovations pour leur montrer ce qu’était le progrès…
Melen de Kuat appuya sur un bouton : une vue holographique du Foudroyant se matérialisa.
“Comme vous pouvez le constater, nous avons modifié et bien sûr, réparé l’ensemble de votre navire… nous y avons apporté quelques améliorations.”
“Je vous remercie bien…”
“Ce fut un plaisir : nous avons réduit de moitié les quartiers des hommes de troupe. De toute façon, en vol, ils ne servent à rien…”
Le commandant était prés d’objecter… mais l’assistance des seconds et autres techniciens du vaisseau buvaient les paroles de l’ingénieur.
“… Nous avons pu, ainsi, intégrer une seconde baie d’embarquement qui comprend deux nouveaux escadrons de chasseurs et quelques navettes.”
“C’est trop généreux”, intervint Aril tout à coup. “Que nous vaut cet honneur ?”
“Nous avons remis toutes les fonctions aux normes CNK. Vous pourrez apprécier la différence…”, répondit Melen sans broncher.

Aril lisait les rapports techniques. Il n’aurait sûrement pas besoin d’aller à terre, mais il tenait à son effectif fantassin. Il n’en aurait plus que mille ! Même s’ils étaient de bons soldats, voire l’élite, ils étaient en sous-effectif. Mais, par ailleurs, en ayant moins de “rampants”, il gagnait une force d’attaque spatiale et de nouveaux chasseurs.
Une navette de classe Lambda emmenait le nouveau commandant sur une base à l’abri de tous regards.
L’Ubiqtorat l’avait convoqué expressément. Il n’aimait pas quitter son vaisseau mais les ordres étaient les ordres. Il avait été éduqué dans cette optique : jamais il ne serait un anarchiste, un rebelle.
Après l’authentification des codes de sécurité, la navette put franchir les deux écrans et se poser sur l’aire réservée. Le pilote sourit à Sehenka :
“Soyez le bienvenu au Royaume du Secret… Si vous voulez bien m’excuser, je vais déguster un bière Lomin au “Tie Time”, la cafétéria du personnel de la base… Quand vous aurez fini avec ce qui vous retient, venez me rejoindre…”
“Si je suis toujours debout, je viendrai…”, lui répondit Aril, se réconfortant de cette invitation.
A la descente du transporteur, une groupe de Soldats de Choc l’attendait.
Il se dirigea vers l’officier de la Sécurité qui lui indiqua le chemin à prendre. Son escorte le suivait à deux mètres derrière. Se retournant, il vit l’officier parler dans son comlink.
Il avança d’un pas sûr et autoritaire. Quitte à mourir, autant que ce soit fièrement. Il avisa le “Tie Time”. Si tout allait bien, il siroterait un verre en prenant son temps.

L’Amiral Beler accueillit le Commandant Sehenka d’un bonjour très solennel.
“Cher Aril… Permettez que je vous appelle Aril ? Nous irons droit au but.”
“Je suis votre obligé, monsieur…”
“Certes…, nos services de renseignement ont établi un profil des officiers susceptibles d’intervenir dans un programme ultra secret. Vos connaissances en tactique ont été prouvées maintes fois.”
Aril se permit de se détendre un peu.
“D’ailleurs, heureusement que vous étiez là pour seconder Feu le Commandant Haler.”
Le vieil homme faisait les cent pas, nerveux comme un jeune cadet dans l’attente de son incorporation.
“Vous savez, Haler était un bon ami… Son père était Sénateur sur Bakura. Son erreur était le manque d’ambition…”
“Puis me permettre, Monsieur ?”Intervint Aril.
“Oui ?”
“Le commandant était un homme de valeur, un passionné ! Et il servait l’Empereur de tout son être.”
“Je vous rappelle que ça ne lui a pas réussi. Mais, sachez, jeune homme, que la passion, comme l’ambition, apporte son lot de joies, d’erreurs et d’échecs.”
L’Amiral pressa un bouton et un écran s’alluma.
“Nous avons un réel problème avec les Rebelles. Ils recrutent dans nos rangs ! Ils utilisent certains de nos meilleurs éléments !”
Aril suivait l’amiral des yeux, espérant comprendre où cet homme voulait en venir…
Les cheveux blancs coupés à la brosse encadraient un visage émacié. Les traits du vieil homme trahissaient un parcours en pente raide. Il avait vécu sa jeunesse dans l’Ancienne République. Il était devenu militaire pendant la Guerre des Clones et il avait soutenu la montée de Palpatine.
Son discours était emprunt de rancœur, comme une blessure au plus profond de ses souvenirs.
“Nous devons infiltrer les rangs de ces traîtres et couper des têtes… Et vous serez la lame aiguisée de cette intervention.”
Aril comprenait clairement le but de la rencontre.
“Vous voulez que je devienne l’un de ces traîtres ?” s’égosilla-t-il.
“Vous ne serez pas seul… Une équipe de professionnels est déjà en plein travail d’infiltration… Vous allez suivre un entraînement spécial pour rejoindre la cellule. Vous garderez le commandement d’un vaisseau… mais ce ne sera pas le Foudroyant, il est désormais retenu pour d’autres missions.”
“Je…Je n’ai plus le Foudroyant ? !” s’étouffa Aril.
“Non, désolé… Mais vous prendrez possession d’un autre genre de bâtiment, le Rêve de Kessel.”
“Le Rêve de Kessel ? Qu’est-ce donc”, demanda le jeune homme. “Est-ce un cargo corellien ?”
L’officier des Renseignement Impériaux épousseta ses galons sur son uniforme.
“Le Rêve de Kessel est un croiseur Liberator modifié. Son équipage comprend deux cents quatre-vingt-dix personnels sous vos ordres. Vous transporterez l’équipe d’infiltration ainsi que du personnel combattant maquillé…”
“Du personnel maquillé ?” intervint Sehenka. “Ça signifie ?”
“Des soldats sans armures qui seront, pour certains, dispersés dans différentes cellules en sommeil. Les autres se feront passer pour des rebelles…”
“Je comprends…”
Les officiers passèrent le reste de la matinée à s’entretenir sur l’avenir de la rebellion.

A sa sortie de la conférence, Aril retrouva le chemin de la cantine des officiers. Il pouvait circuler librement du fait de sa promotion.
Le fronton annonçait l’humour des pilotes : Le Tie Time.
Le jeune commenorien entra dans l’espace réservé et s’approcha du comptoir. Là, un serveur en uniforme bleu se pencha vers lui.
“Monsieur, vous désirez ?”
Il n’eut pas le temps de commander qu’une voix l’interrompit.
“Une bière Lomin ! Et la meilleur que vous ayez : c’est un survivant…”
Aril se retourna pour voir qui se permettait d’hausser la voix de telle sorte. Il vit le seul visage qu’il connaissait : le pilote qui l’avait amener ici ;
“Venez à notre table !” l’invita le pilote. “Nous allons vous faire une place…”
Aril accepta tout de suite et prit une chaise pour intégrer le groupe.
“Au fait, je ne me suis pas présenter…”, dit le pilote en souriant. “Je m’appelle Janson. Hul Janson… de Taanab.”
Aril dévisagea Janson. L’homme avait le même âge que lui. Son humeur n’avait d’égal que son humour déroutant. Il était accompagné de deux hommes et une femme.
Le premier était le Caporal Jobal Deriv, un jeune issu de la classe moyenne de Coruscant. Les yeux globuleux et le nez aquilin, celui-ci devait être apparenté à une famille de vautours. Sa chevelure rousse hirsute accompagnait son teint blanchâtre. La plupart de ses interventions étaient sèches, cassantes, en total désaccord avec celles de son supérieur, le Lieutenant Janson.
Le deuxième homme semblait le plus âgé de tous. Son accent et ses manières trahissaient son origine planétaire. Keth Lisper était un corellien typique. Sa seule particularité était qu’il ne parlait pas pour être remarqué des autres.
“Et vous, vous êtes d’où ?” demanda-t-il à l’invité.
“Je viens …”
“Laissez-moi deviner,” coupa-t-il. “Vous êtes du secteur Palador… de Commenor, ça se voit…”
Aril était interloqué par la sagacité de Lisper. Comment faisait-il pour deviner tout ça ?
“Rien que pour ça, laissez-moi vous offrir un Choholl Cassandrien, s’ils en ont…”
Le serveur, à l’affût, lui confirma son choix. Ils avaient la meilleure cave de la galaxie à leur disposition après celle de l’Empereur.
“Buvez sans vous étouffer… Ce serait dommage qu’un homme comme vous échappe à Bronchite Cybernétique et se noie bêtement dans son verre…”, avisa la jeune femme en face de lui lorsque les verres arrivèrent sur la table.
Le Commandant rougit en dévisageant l’officier en face de lui.
“Aspirant Deirdre Wellers, pour vous servir”, le salua la femme rousse.
Sehenka fut surpris d’entendre parler de Vador d’une telle manière.
“Et comment savez-vous que j’ai réchappé à la colère du Seigneur Vador ?”
La femme lui renvoya un sourire carnassier. Elle but une gorgée de son verre en regardant les autres.
“C’est notre boulot de tout savoir… ou de connaître l’essentiel et ses détails…”
Deirdre Wellers, en bon militaire impérial, se leva et se mit au garde à vous.
“Veuillez m’excuser… j’ai du travail en perspective.”
Elle sortit du bar en laissant les hommes discuter de la vie et blaguer sur la racaille rebelle.

postée le 13-01-2009 20:09
10 commentaire(s)

 
[Fan Fiction] Marine Impériale: L'escadron Pourpre - Chapitre 2

Chapitre Deux
Après une bonne journée à percer la roche, Kuech sentit le poids de la fatigue se poser sur ses épaules. Il prit son temps en chargeant le matériel dans le speeder Mobquet cabossé.
Plus que quelques jours de travail comme celui-ci et il pourrait emmener la charmante Meri acheter sa robe pour le Bal du Printemps. C’était l’occasion pour lui de tenter sa chance : il avait eu du mal à conquérir la jeune femme et lui proposer le mariage était la surprise envisagée pour la fin de la soirée. Dans la plus grande discrétion, il avait, comme la coutume le voulait, demandé sa main à Gareth et Mirba Treloga, les parents de Meri. Ceux-ci avaient accepté non pas car la dot était conséquente mais parce que Kuech Mow était un homme simple, travailleur honnête qui voulait construire un futur avec leur fille.
Complètement pris à rêver, le jeune homme conduisait tranquillement jusqu’à son baraquement, profitant du paysage de la vallée forestière. Soudain, une forme traversa le chemin. Elle allait s’enfoncer dans un sous-bois lorsqu’un rayon laser la faucha. Kuech, qui avait freiné à temps, se retourna vers l’origine du tir.
Là, un groupe en armure blanche avançait, sécurisant la zone.
“Amenez ce traître au Centre. Il va être interrogé comme il se doit...”
Kuech, éberlué, restait prostré dans son véhicule.
Un stormtrooper s’approcha de lui, blaster lourd prêt à tirer.
“Vérification d’identité ! Que faites-vous là ?”
Le jeune humain sortit de sa torpeur, les yeux fixés sur le corps endormi, emporté par les soldats. Il tendit une identicard.
“Kuech Mow, Artificier pour Boomers Inc., je suis d’Alderaan. Je reviens du chantier B45.”
L’Impérial rendit la carte à l’ouvrier.
“Bien... Continuez votre route... Bonne journée, Citoyen.”
Ne demandant pas son reste, Kuech démarra et accéléra jusqu’au camps.
Après une douche méritée, le jeune artificier se dirigea vers la cantine. Là, les ouvriers, les autochtones et les voyageurs s’enivraient pour oublier leur sort plus que misérable...
Le comptoir rutilant, un barabel servait de la bière lomin à quelques clients. Il tourna la tête vers l’humain, lui sourit et l’invita à venir.
“Qu’est-ce que lui sert ce barabel, aujourd’hui ?”
“Une pinte de jus de Juri, mon bon Bashel...”
Il avait fallu peu de temps à l’alderaanien pour s’habituer à la dialectique du barabel. Ils avaient même un petit rituel : Voyageant depuis peu, le jeune homme voulait découvrir les boissons de la galaxie. Le saurien lui servait quelques verres et ils discutaient ensemble pendant une heure ou deux.
“Tu as vu, les soldats ont encore attrapé un rebelle... Ils lui ont tiré dessus pendant que je passai dans Tesk Valley... Quand cette hérésie finira-t-elle ?”
Le barman tourna la tête vers un groupe formé d’humains et de sullustains, prit une bouteille, et la tendit à Kuech.
“Ce barabel trinque à la paix... et à la chance.”
L’artificier leva son verre.
“Et qu’as-tu vu ? Ils l’ont sûrement tué ?”
“Non, les armes étaient sur ‘Paralysant’. Ils l’ont emmené à la Base Impériale pour interrogatoire... J’aimerai pas être à sa place... Je crois que c’était un rodien.”
“Un rodien...”, répéta pensivement Bashel.
Le groupe se leva et partit dehors... suivi du regard par le reptiloïde.

Kuech se réveilla d’un coup... La violence de son cauchemar l’avait expulsé du monde onirique. Une goutte de sueur froide perla dans son dos. L’image fixée dans son subconscient semblait tellement réelle.
Son monde natal était englouti dans la nuit la plus profonde qu’il ait connu. Puis, sans avertissement, une lumière irradiait... Il entendait des cris, ressentait la peur... et plus rien... le néant.

Le jeune homme n’avait pas réussi à se rendormir après cette sensation de panique. Il ne comprenait pas cette impression de malaise qui emplissait les bribes de ses souvenirs. Ce n’était pas la première fois que Kuech avait ce que l’on pourrait appeler des intuitions… Jamais elles n’avaient été aussi terribles, mais cette image le sollicitait depuis trois mois.

postée le 13-01-2009 20:08
0 commentaire(s)

 
[Fan Fiction] Marine Impériale: L'escadron Pourpre - Chapitre 1

Chapitre Premier
Des débris d’Ailes-X, d’Ailes-Y et de diverses navettes flottaient quelque part dans la Bordure Intérieure… Des morceaux de Tie surnageaient par delà l’amas. Plus aucun signe de vie… Sauf, peut-être, des droïdes astromechs en veille…

Alors qu’il inspectait le pont inférieur deux du Foudroyant, le Commandant Kigger Haler s’arrêta devant la salle d’entraînement de l’infanterie embarquée.
“Quelle est l’ampleur de nos pertes ?” dit-il d’un ton las.
“Comme vous le savez, les boucliers déflecteurs ne fonctionnent qu’à vingt pour cent de leur capacité… Un vol de mynocks et nous pouvons dire adieu à nos familles : le bouclier à particules est faible et le bouclier antirayonnement est hors service…”
Kigger Haler se rembrunit. Il ne releva pas la réflexion de son second sur les parasites spatiaux…
“Continuez, je vous prie.”
“La plupart des fissures ont été colmatées…”
Aril Sehenka, le second, toussota:
“Hum… Le plus inquiétant vient de notre force d’attaque : sur les deux escadrons que comptait le vaisseau, il ne reste que treize appareils, soit dix chasseurs et trois bombardiers Tie.”
Le commandant avança, suivi de sa garde rapprochée…
“Capitaine, Quel cap a été calculé ?”
“Trois sauts jusqu’aux Chantiers de Fondor pour ne pas être suivi et pris à parti, Monsieur…”
Haler se tenait le menton , perdu dans ses réflexions.
“Aviez-vous déjà pensé à une défaite face à une si petite flotte ?”
“Monsieur, ce n’est pas une défaite… Nous avons anéanti la racaille rebelle…”
“Oui, mais à quel prix ? Onze chasseurs et bombardiers, six quadruples turbolasers, quinze double turbolasers, trois projecteurs de rayons tracteurs… Voulez-vous que je continue d’énumérer la liste ?”
Haler se massa les tempes, regardant fixement devant lui.
“Capitaine, continuez l’inspection sans moi…”
Encadré des Soldats de Choc, le commandant du vaisseau impérial prit le turbolift jusqu’à sa suite.

Sehenka alluma la console assignée à ses quartiers. Devant lui reposait la photo d’une jeune femme. Celle-ci l’attendait sur la Cité Impériale. Un sourire plein de promesses illuminait un visage fin et clair de peau. Brune avec les yeux en amande, elle semblait ne jamais se dépeindre de cette air enjoué. Souvent, il fermait les yeux. Il s’emmêlait dans sa chevelure noire.
Faisant passer l’holocube d’une paume à l’autre, Aril se mit à sourire. Bien sûr, il était jeune. Il avait une longue carrière devant lui. Être le Second d’un Destroyer Stellaire de classe Victoire pouvait paraître un punition lorsque les autres se déplaçaient dans des classes Impérial… Il aimait ce vaisseau, cette vie d’ordre. En fin de compte, ce vaisseau était sa carapace propre…
Ne pouvant plus se retenir, une nuée de tremblement parcourut son corps.
Ce n’est rien, ce n’est que la descente d’adrénaline…
Essayant de reprendre la maîtrise de ses nerfs, Aril nota quelques mots sur son livre de bord personnel :
“Aujourd’hui, nous avons frôlé la mort.”
Relevant la tête, au garde à vous, il fixa l’hologramme de l’Empereur.
Il effectuait ce rituel à chaque fois qu’il allait se coucher… Rompant, il espéra dormir sans entendre les cris des rebelles, disparus avec leurs vaisseaux, morts pour leur cause.
Il ferma les yeux et s’obligea à sourire. Sûrement était-ce le mieux pour se rassurer…

Aril se réveilla en sursaut : l’alarme était déclenchée. Elle signalait la sortie de l’hyperespace.
Le jeune officier se dirigea vers l’intercom :
“Passerelle, qu’est-ce que ça veut dire ? !” cria-t-il. “Je vous ai demandé de m’avertir une heure à l’avance !”
“Monsieur, il doit s’agir d’une erreur… la sortie est prévue pour dans trois heures…” l’avertit l’Officier de Pont.
Le Capitaine rejoignit rapidement la passerelle. La plupart des hommes étaient cloués devant leur console, à l’abri dans la fosse. Le navigateur l’accueillit du regard et se mit au garde à vous.
“Monsieur, le Commandant nous rejoint tout de suite…”
“Très bien, rapport détaillé, commanda le second. Il ne peut y avoir d’erreur… J’ai vérifié les calculs moi-même et aucun astre ne peut s’être glissé sur notre route…”
“La cause n’est pas un astre ou une erreur de calcul, Monsieur.”
L’officier regarda le Capitaine :
“Il s’agit de trois interdicteurs qui viennent de nous pêcher, Monsieur. Il y a l’Anticipateur, le Côté Sombre et l’Acquisiteur…”
“Comment osent-ils !” tonna une voix derrière eux.
“Monsieur, le Capitaine Busher va vous l’expliquer tout de suite…”, intervint le Radio.
Une image holographique apparut une minute plus tard.
“Capitaine Busher ! Qu’est-ce que ça signifie ? !”
“Bien le bonjour, Commandant Haler…”, répondit son homologue d’un sourire méprisant. “Comment s’est passée votre rencontre avec les forces rebelles ?”
“Nous les avons écrasé… Pourquoi cette question ? Et surtout pourquoi nous avoir dévié de notre trajectoire ?” demanda-t-il d’un ton offensif.
“Avez-vous déjà rencontré le Seigneur Vador ?” demanda l’autre sans se départir de son sourire.
“Je dois dire que non… Je n’ai jamais eu cet honneur personnellement.”
“Bien, votre souhait sera récompensé… L’Executor devrait croiser notre route sous peu.”
Le Commandant Haler changea de visage. Mortifié, il ne savait que trop ce que cela voulait dire.
“D’ailleurs, c’est justement pour lui faire votre rapport personnellement qu’il a tenu à ce que nous vous interceptions”, ajouta Busher.
Kigger Haler fixa l’autre. Comment osait-il se moquer de lui de la sorte ? Busher et lui avaient fait leurs classes ensembles à l’Académie Impériale… Un mois auparavant, ils avaient même discuté de leur loyauté envers l’Empereur. Bien sur, lui était sincère dans sa dévotion pour Palpatine. Mais Busher était un arriviste… Avide de pouvoir autant qu’un rancor est avide de chair fraîche.

L’Executor enveloppait le Foudroyant d’une ombre inquiétante.
Tous les officiers scrutaient la baie pour voir l’imposant superdestroyer. La plupart voyaient pour la première fois le géant spatial. Tous connaissaient les caractéristiques essentielles même si l’Executor était presque quinze fois plus long que leur destroyer de classe Victoire.
L’intercom bipa et l’officier des Transmissions prévint Haler :
“Monsieur, le Seigneur Vador vous demande.”
L’hologramme du Seigneur Sombre apparut soudainement. Haute de deux mètres, l’image était grandeur nature.
“Eh bien, Commandant Haler ? Votre rapport circonstancié montre que vous avez eu beaucoup de pertes face à un ennemi en faible nombre !”
Haler déglutit. La gorge sèche, il essayait de se justifier.
“Depuis la mort du Grand Moff Tarkin, les rebelles attaquent à tout va… La destruction de l’Étoile Noire a suscité des vocations chez les apprentis héros de l’Alliance… Ils attaquent pour se faire un nom…”
“Et alors ? Vous n’êtes pas un débutant”, répondit Dark Vador de sa voix caverneuse. “Des incompétents tels que vous leur facilitent le travail…”
Haler sentit une main invisible appuyer sur sa poitrine. Des doigts palpèrent et pincèrent les artères du Commandant.
Aril vit le corps tomber aux pieds du fantôme verdâtre de l’hologramme.
“Commandant Sehenka, prenez soin de votre nouvelle acquisition… Vous recevrez de nouvelles affectations et du matériel une fois arrivé aux Chantiers Navals de Fondor.”
Aril n’en revenait toujours pas : Il venait d’être promu commandant du vaisseau… Comme avant, il devait gérer un équipage de cinq milles hommes. Cependant, la moindre erreur et il serait châtié comme son prédécesseur.
Vador lui avait assigné le Côté Sombre, l’un des croiseurs Imm-418 qui avaient attiré le Foudroyant.
Le commandant de l’interdicteur était lié à lui et subirait les mêmes foudres en cas d’échec, de destruction au cours d’une attaque…Cette perspective avait tendance à le réjouir. Le commandant du vaisseau n’était autre que Busher. Sa traîtrise resterait gravé dans sa mémoire…

Aril appela le Lieutenant Ashane.
“Kerry, vous voilà mon second….”
“Merci Monsieur…”
Le lieutenant émit un gloussement significatif… Une telle promotion ne se faisait pas sans mauvaise contrepartie.

postée le 13-01-2009 20:07
11 commentaire(s)

 
[Roman] Allegeance

Je viens de finir de lire le roman de Timothy Zahn.
Je l'ai trouvé vraiment bien. Il y a de l'action, des cohérences immédiates avec les différents épisodes...
De plus les points que j'adore:
Comme pour la série Republic commando, on se retrouve face à l'humanité de personnes jugées comme des machines à tuer (clonetroopers, Shocktrooper...).
Zahn, qui a créé Mara Jade, a réussi, sur la même planète, dans la même ville, avec les mêmes personnes à côtoyer, à ne pas se faire rencontrer Luke et la formidable Main de l'Empereur.
Et comme toujours, la voix de Vador retentit...

postée le 13-01-2009 20:03
4 commentaire(s)

 
[JDR] Fragments de la Bordure Extérieure

Fragments de la bordure Extérieure est un livret édité chez Descartes, en 1996.
c'est un recueil de faits, d'exploits, d'histoires et surtout d'informations pour jouer à "Star Wars: Le Jeu de Rôle de la Guerre des Etoiles, Seconde edition".
Outre le fond épique, c'est une mine d'or concernant certains vaisseaux, l'équipement des troupes d'assauts impériales, des planètes, les gangs, les mercenaires et chasseurs de primes et les cocktails servis dans les bars...
Je l'ai depuis l'origine et c'est un bon support pour créer des scénarios, voire des fan-fictions.

postée le 11-01-2009 11:04
10 commentaire(s)

 

  

 


Aucun lien...

Avertir l'administration des blogs AW du contenu de ce site
AnakinWeb décline toute responsabilité quant aux propos contenus dans les blogs.
© 1999-2017 STEREDENN / AW / PSW - AnakinWeb France / Lucasfilm ltd.